Composit Collective Art Works














Copyright 2005-2017
Built with Indexhibit

Mnemo Machina
Objects, PC, Sound system, Lighting system, fabric.
2016

Mnemo Machina - KENPOKU ART 2016 - Japan

As people walk by the old music room, Mnemo Machina reassembles fragments of memories, taking the audience back to a time when Uwaoka Elementary School sang its melodies, its anthem.
Phantom like, Mnemo Machina hides secrets from the past; abandoned musical instruments, a forgotten music stand, once esteemed school possessions, all come to life as the audience steps near it. Detection sensors activate, lights shine, revealing silhouettes of the bygone treasures under a draped white sheet. The softened sounds are soon replaced by the angelic voices of former students chanting their beloved anthem.
This installation by Composit - a team consisting of Nicolas Charbonnier, Christophe K. Goosens, Guillaume Léger, Shunsuke François Nanjo, and Julie Prost - is like a time machine giving visitors, regardless of their age or their origin, a chance to reunite with their primary school selves.

Au milieu de la vieille salle de musique, tel un recueil de fragments de la mémoire, Mnemo Machina, permet aux visiteurs de faire un bond dans le passé, au temps où l'école primaire Uwaoka fredonnait ses mélodies, son hymne.
Avec un air de fantôme, Mnemo Machina dissimule les secrets du passé; des instruments de musique délaissés, un pupitre oublié, des objets d'école autrefois adulés. Tous reviennent à la vie dès que le visiteur s'en approche. Les capteurs s'activent, les lumières s'illuminent, laissant apparaitre les silhouettes de ces trésors oubliés sous un drap blanc à allure fantomatique.
Les sons feutrés cèdent très vite leur place aux voix angéliques d'anciennes élèves chantonnant leur hymne adorée.
Cette installation, créée par Composit - Nicolas Charbonnier, Christophe K. Goosens, Guillaume Léger, Shunsuke François Nanjo, et Julie Prost - se veut machine à remonter le temps, invitant son public, d'où qu'il vienne et peu importe son âge, à plonger une fois encore dans la mélancolie de l'école primaire.