Composit Collective Art Works

Pole Dance
Pole dance stage, sensors, 4 computers, sound system, LED
ArtScience Museum Singapore, collaboration with Eisa Jocson
Produced Belarmino & Partners
2015

Using different sensing technologies, COMPOSIT staged an interactive artwork, introducing an up-and-coming type of performance art; pole dancing. This type of dancing originated from an Indian traditional dance dating back to the 12th Century, and then was adapted in the 1920s in Canadian fairs. The exotic side of the dance emerges in the 1950s and finds its home in the club scene.
The pole itself - the central iron bar, was originally solely used as a supporting structure for the dancers but gradually became the main act around which they perform the more sensual dances.
In the 1970s, a whole new technique is established and named, taking over the nightlife all around the world, while still keeping its good-natured spirit.
Today, pole dancing is considered a legitimate dance and is performed by people all over the world.

Looking at the popularisation of pole dancing in various cultures, we became interested in the fact that the dancers move to the music rhythm. We wanted to add an artistic and musical dimension for the dancers to generate a sound and light show. They are no longer interpreting the music with their dance; they become the musicians, using the motion of their bodies to create the show.

-----------------

Pole Dance
Scène de pole dance, capteurs, 4 ordinateurs, système son, LED
ArtScience Museum Singapour, collaboration avec Eisa Jocson
Production Belarmino & Partners
2015

En utilisant différentes technologies de captations, COMPOSIT a présenté un travail interactif, mettant en scène une nouvelle discipline sportive qu’est le Pole Dance.
Cette danse, venant d’une danse traditionnelle indienne vieille de neuf siècles, a été réadaptée durant les années 20 au Canada dans les foires foraines. Elle quitte le côté exotique peu à peu et s’installe dans les bars dans les années 50.
Le pôle, la barre centrale en fer, n'est alors utilisé que comme simple appui. Mais au fur et à mesure, la danse se sensualise, l'objet devenant une métaphore phallique.
Dans les années 70, un vocabulaire et des techniques sont inventées, et se répandent dans les boîtes de nuits dans le monde.
Aujourd’hui, le pole dance est considéré comme danse à part entière, et trouve des adhérents partout dans le monde.

Surfant sur cette vague de démocratisation du pole dance, l'idée d'en créer une version 2.0 est apparue. Le mécanisme logique habituel d'une danse réfléchie en fonction de la musique a été inversé en créant un pôle générant de façon autonome la musique suivant les mouvements et les rythmes de la danseuse.
Elle n’est plus une interprète en danse de la musique, mais elle devient musicienne, libérant enfin le corps de toute contrainte et rendant chaque performance unique.