Composit Collective Art Works

Last Update : 2020-04

Pole Dance

En utilisant différentes technologies de captations, cet installation interaction met en scène une nouvelle discipline sportive qu’est le pole dance. Cette danse, venant d’une danse traditionnelle indienne vieille de neuf siècles, a été réadaptée durant les années 20 au Canada dans les fêtes foraines. L’exotisme finit par s’essouffler et c’est alors que cette danse trouve sa place dans les bars dans les années 1950. Le pôle –la barre centrale en fer- n'est alors utilisé que comme simple appui. Au fur et à mesure, la danse se sensualise ; l'objet devenant une métaphore phallique. Dans les années 70, un vocabulaire et des techniques sont inventées, et se répandent dans les boîtes de nuits. Aujourd’hui, le pole dance est considéré comme une danse à part entière, et trouve des adhérents partout dans le monde.
Dans cette installation-performance, la logique habituelle a été inversée par l’introduction de la technologie.
Cette version 2.0 du pole dance adapte la « musique » en fonction des paramètres de la danse. Vitesse, intensité, pause, accélérations sont autant de facteurs modifiant le son, libérant le corps des contraintes habituels des phrasés et des rythmes rigides et offrant l’expérience de la spontanéité ultime.

Pole dance, capteurs, 4 ordinateurs, système son, LED
ArtScience Museum Singapour, collaboration avec Eisa Jocson
Production Belarmino & Partners
2015

-----------------

Using different sensor devices, this interactive installation stages a new sport discipline, pole dance. This dance, which comes from a nine-century-old traditional Indian dance, was rehabilitated during the 1920s in Canada at funfairs. The popularity of Exoticism dwindles and it is then that this dance finds its place in bars in the 1950s. The pole - the central iron bar - is then only used as a simple support. As the dance progresses, it becomes more sensual; the object transforming into a phallic metaphor. In the ‘70s, a vocabulary and techniques were invented, and spread through the nightclub scene. Today, pole dance is considered a dance in its own right, and finds its members all over the world.
In this installation-performance, the usual logic was reversed by the introduction of technology.
This version 2.0 of pole dance adapts the ‘music’ according to the parameters of the dance. Speed, intensity, pause, acceleration are all factors that modify the sound, freeing the body from the usual constraints of phrasing and rigid rhythms and offering the experience of ultimate spontaneity.

Pole dance stage, sensors, 4 computers, sound system, LED
ArtScience Museum Singapore, collaboration with Eisa Jocson
Produced Belarmino & Partners
2015